CINéMA & THéâTRE  |     LIVRES  |     MUSIQUE   |     ARTS  |    

Janis Otsiemi: un nouveau polar

Par Journaldugabon.com avec 24matins.fr - 05/10/2015

A l'ombre d'un manguier, se trouve le maquis "L'Escale du Bantu", quartier-général de Janis Otsiemi, talentueux et unique auteur gabonais de polars

 

Aux "Etats-Unis d'Akebe", quartier populaire de Libreville, la bière coule à flots en cette fin de semaine et la rumba déchire les tympans dans la "ruelle de la joie", bordée d'une enfilade de bars aussi dansants qu'alcoolisés. A l'ombre d'un manguier, se trouve le maquis "L'Escale du Bantu", quartier-général de Janis Otsiemi, talentueux et unique auteur gabonais de polars.
C'est dans ce quartier de mapanes (bidonvilles) aux rigoles charriant des liquides indistincts, bien loin de l'imposant palais présidentiel du bord de mer ventilé par l'Atlantique, que Janis Otsiemi, bientôt quarante ans, a grandi, "avant de se tirer de là" dès qu'il a pu.

Pour rejoindre sa maisonnette natale où vit encore l'une de ses neuf soeurs, Nadine, il faut zigzaguer entre des murettes écroulées, ne pas glisser sur la mousse surgie des craquelures du sol, sauter des flaques à l'eau croupie, paradis des moustiques: ce quartier a été construit sur un marécage, en contrebas de la route, le sol n'a pas été drainé, les eaux s'infiltrent. Ce jour, il ne pleut pas, mais on peut imaginer pendant la grande saison des pluies.

L'auteur de romans très noirs aux titres aussi évocateurs que "La vie est un sale boulot" et "La bouche qui mange ne parle pas" frappe de sa main la table à la toile cirée de la petite salle à manger: "C'est ici que j'ai commencé à écrire mon premier livre, ici que j'ai imaginé mes personnages, qu'ils ont pris corps. Dans la galère, la misère". On l'imagine, dans la nuit, sur son cahier quand les dix frères et soeurs se sont endormis. Il écrit toujours la nuit: "La nuit remue les âmes et les coeurs, les enfants dorment, on entend les petits bruits du quartier, les chats, les pas des passants".

"Pas un chat qui crâne"
Mais, dans son style simple qui bouscule la langue française pour enfanter de nouveaux mots nés des cris de la rue, les chats pas plus que les passants ne sont à la fête: "Pas un chat qui crâne dans la ruelle faiblement éclairée qui traverse le quartier", les habitants se cloitrent, laissant la place "à la faune nocturne", écrit-il à l'entame de son dernier livre, "Voleurs de sexe".

Aux "Etats-Unis d'Akebe", quartier populaire de Libreville, la bière coule à flots en cette fin de semaine et la rumba déchire les tympans dans la "ruelle de la joie", bordée d'une enfilade de bars aussi dansants qu'alcoolisés. A l'ombre d'un manguier, se trouve le maquis "L'Escale du Bantu", quartier-général de Janis Otsiemi, talentueux et unique auteur gabonais de polars.
C'est dans ce quartier de mapanes (bidonvilles) aux rigoles charriant des liquides indistincts, bien loin de l'imposant palais présidentiel du bord de mer ventilé par l'Atlantique, que Janis Otsiemi, bientôt quarante ans, a grandi, "avant de se tirer de là" dès qu'il a pu.

Pour rejoindre sa maisonnette natale où vit encore l'une de ses neuf soeurs, Nadine, il faut zigzaguer entre des murettes écroulées, ne pas glisser sur la mousse surgie des craquelures du sol, sauter des flaques à l'eau croupie, paradis des moustiques: ce quartier a été construit sur un marécage, en contrebas de la route, le sol n'a pas été drainé, les eaux s'infiltrent. Ce jour, il ne pleut pas, mais on peut imaginer pendant la grande saison des pluies.

L'auteur de romans très noirs aux titres aussi évocateurs que "La vie est un sale boulot" et "La bouche qui mange ne parle pas" frappe de sa main la table à la toile cirée de la petite salle à manger: "C'est ici que j'ai commencé à écrire mon premier livre, ici que j'ai imaginé mes personnages, qu'ils ont pris corps. Dans la galère, la misère". On l'imagine, dans la nuit, sur son cahier quand les dix frères et soeurs se sont endormis. Il écrit toujours la nuit: "La nuit remue les âmes et les coeurs, les enfants dorment, on entend les petits bruits du quartier, les chats, les pas des passants".

"Pas un chat qui crâne"
Mais, dans son style simple qui bouscule la langue française pour enfanter de nouveaux mots nés des cris de la rue, les chats pas plus que les passants ne sont à la fête: "Pas un chat qui crâne dans la ruelle faiblement éclairée qui traverse le quartier", les habitants se cloitrent, laissant la place "à la faune nocturne", écrit-il à l'entame de son dernier livre, "Voleurs de sexe".

 


© Droits réservés
Janis Otsiemi, talentueux et unique auteur gabonais de polars.


La faune qui hante la nuit librevilloise chez Otsiemi? De petits escrocs, des maladroits, des rêveurs et des ratés, obsédés par la quête de CFA, de sexe et d'alcool. Des flics pourris, des putes perdues, de gras politiciens et hommes d'affaires corrompus. Pas de super héros, la vie au ras des égouts, des pleurs et du sang, des personnages parfois drôles et poétiques, des "tchatcheurs qui savent verber les filles" mais n'oublient pas que, "quand les éléphants maigrissent, les gazelles meurent" dans ce pays pétrolier incapable d'assurer une vie décente à la moitié de ses 2 millions d'habitants. Et, fatalement, les petits apprentis-malfrats tombent malencontreusement sur de gros coups, trop gros pour eux. Mais, quand le CFA mène la danse à travers un milieu maçonnique véreux, quand des photos compromettantes pour le président vous tombent entre les mains, cela donne de fortes envies d'aller y voir.... et ça refile la poisse.

Dans sa maisonnette, Nadine, la soeur de Janis Otsiemi, s'exclame: "C'est le génie de la famille! Quand il a commencé, on n'y croyait pas. Il a émergé, il est devenu ce qu'il est devenu". Janis est ainsi prénommé parce que son père "a dû penser à Janis Joplin" à sa naissance."Quand ma mère m'a accouché, elle voulait une fille. Après, elle a fait neuf filles, et un dernier garçon. J'ai grandi dans un harem".
Étonnamment, les premières lectures de celui qui boxe la langue et cabosse ses personnages, furent des romans à l'eau de rose: "J'ai commencé avec Barbara Cartland, des romans photos, je n'avais que ça à lire".Ses premiers lecteurs ont été ses amis du quartier de la mouise, ce sont eux qui lui ont dit "continue, continue!".

Ses livres, publiés par les éditions Jigal, commencent à être connus en France, ils sont aussi lus à Libreville, qui ne compte pourtant qu'une seule véritable librairie aux maigres rayons.
"En plus, tout ce qu'il écrit est vrai", affirme Arielle, une de ses amies d'enfance qui, elle aussi, a "pu quitter le ghetto". Tout, même le degré inouï de corruption des policiers ?
"Ici, les policiers t'attrapent comme si tu étais Ben Laden, affirme Janis, il n'y a jamais d'enquête. Les enquêteurs sont des corrompus".


MOTS CLES :  Auteur   Gabonais   Polars   Librevilloise 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

13e édition du Festival Gabao à Libreville
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDUGABON.COM

DOSSIERS

Dossiers

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués