DéBATS & OPINIONS  |    

Plan de carrière: "Promotion canapé", l’arme fatale!

Par Gaboneco - 08/01/2016

Gaboneco

 

Dur pour une femme d’évoluer dans le milieu professionnel sans être la cible de «grands prédateurs» ! Et pour cause, elles sont souvent harcelées. La «position canapé», consistant, pour les femmes, à obtenir un avancement par le truchement de pratiques sexuelles, est légion. Un véritable mal sournois rongeant la société gabonaise.

Chut ! Motus et bouches cousues, tel est le mot d’ordre. Si la candidate est jugée «sexuellement satisfaisante», la victime est gratifiée d’un avancement professionnel. C’est dire que ça passe ou ça casse. Encore que rien ne garantit à celles qui cèdent au harcèlement, qu’elles obtiendront des promotions après avoir soulagé la libido du patron. Dans ce domaine, le service après-vente est purement hypothétique.

En la matière, aucune catégorie socio-professionnelle, de la technicienne de surface au cadre supérieur, n’échappe à l’appétit sexuel de certains chefs, conscients de leur pouvoir. «La position canapé» étant une pratique courante dans les administrations et certaines sociétés privées locales.

 


© Droits réservés
Quand le chômage favorise la tâche aux harceleurs!

Avec la montée vertigineuse du chômage et la précarité de certains emplois, les jeunes femmes, surtout celles issues des milieux défavorisés, constituent des cibles idéales. Leurs pesantes responsabilités sont à n’en point douter un dilemme: céder ou pas ? Bien souvent l’areant désir de meilleures conditions d’existence devient le facteur déclenchant. Du coup, elles n’ont d’autre choix que de se résigner à céder à la demande du «prédateur». Comment cracher sur la main qui peut vous donner à manger, et ce, en dépit du bagage intellectuel, clament certaines pour avoir bonne conscience. Au diable les principes ! Ne dit-on pas que: "ventre affamé n’a point d’oreilles".

Les spécialistes de la provoc

S’il est vrai que le harcèlement en milieu professionnel est réel au Gabon, d’autres femmes se comportent par ailleurs en prédatrices. D’ailleurs, elles sont réputées pour être des «AS» de la promotion canapé, et ce, sans être victimes. Leur accoutrement et comportement pousse le Chef à tomber dans le piège. Objectif: attirer, séduire et mettre le patron sous leurs bottes. Les relations extra-professionnelles ne sont pas exclues vu que l’entreprise est composée d’hommes et femmes, toutefois, la compétence doit demeurer le seul et unique moyen de récompense.

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

A savoir

  • Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journaldebangui.com
  • Journaldebangui.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques

Agenda - événements

13e édition du Festival Gabao à Libreville
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDUGABON.COM

DOSSIERS

Dossiers

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués