CINéMA & THéâTRE  |     LIVRES  |     MUSIQUE   |     ARTS  |    

Arts plastiques: l’humain à travers l’art

Par Journaldugabon.com, source Gabonreview - 14/03/2016

Sept plasticiens de la sous-région d’Afrique centrale ont dévoilé au public leur vision de l’homme à travers une exposition, les 11 et 12 mars courant, à Libreville

 

Afin de favoriser les rencontres, l’échange d’expériences et faire découvrir la richesse de la peinture, de la photographie et de la sculpture contemporaine, la galerie d’art du Nomad a abrité, sur deux jours, une artothèque à l’initiative de la plateforme de promotion, «Afrik’expo». "L’idée est de favoriser l’accès aux œuvres d’art et amener la culture au plus près des gens, afin de développer la médiation culturelle en faisant connaître la pluralité des artistes", a déclaré la promotrice de l’événement, Nadine Ebelle Kotto, disant vouloir valoriser «le génie africain ».

Pour une majorité d’amateurs d’art, l’art africain est symbolisé avant tout par les masques et statuettes. Or, si la contribution des arts premiers à la reconnaissance artistique du continent est immense, elle ne doit pas occulter la création contemporaine. L’Afrique change. Elle montre les signes d’une mutation. A la fois témoins et acteurs de ce changement, ces artistes ont offert le visage d’une Afrique qui s’ouvre au monde et entend exister au présent.

 


© Droits réservés
Placée sous la thématique de l’humain, cette rencontre culturelle a offert à chacun des sept plasticiens l’occasion de définir, à sa manière et dans son style, l’être avec des formes plus ou moins abstraites et des couleurs mémorables. On pouvait savourer la rigueur des photographies de la franco-gabonaise Myriam Mihindou ; les sculptures, constituées de douilles ou de clés, du monumentalise congolais Freddy Tsimba, qui soude plusieurs matériaux recyclés pour former des personnages ; mais également des œuvres réalisées avec de l’acrylique et du collage par le congolais Vitshois Mwilambwe Bondo. Le peintre semi-abstrait gabonais Maurice Olimbo était aussi de la partie. "Je ne regrette pas d’être passé ici pour apprécier ces œuvres. Nous avons des talents, mais hélas la culture n’est pas encore ancrée dans nos mœurs. On accourt acheter des copies de toiles de la Joconde, de l’artiste italien Léonard de Vinci. Dans toutes les maisons on ne trouve que du Mona Lisa, des tableaux de fleurs peintes ou des masques africains. Or, l’art contemporain dans sa pluralité fait partie des richesses du continent", a affirmé un visiteur, au cours de l’exposition.

D’un point de vue économique, l’art contemporain africain présente tous les traits d’un marché émergent. Les initiatives se multiplient, la créativité est intense, mais les prix restent encore très élevés pour le consommateur lambda.

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

13e édition du Festival Gabao à Libreville
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDUGABON.COM

DOSSIERS

Dossiers

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués