SUCCESS STORIES   |     DIASPORA   |     JEUNES TALENTS  |    

Aviation civile: le dernier grand vol de Jean-Claude Brouillet

Par Journaldugabon.com, source Gabonreview - 06/04/2016

Aviateur passionné, le pionnier de l’aviation civile gabonaise, fondateur de la compagnie Transports aériens du Gabon (TAG) est décédé à l’âge de 91 ans

 

Pionnier de l’aviation civile gabonaise, Jean-Claude Brouillet s’est éteint le 27 mars dernier, à l’âge de 91 ans. "Dans le prochain numéro de notre magazine, nous consacrerons plusieurs pages à cet homme qui a joué un si important rôle dans l’aviation gabonaise", a annoncé l’Agence nationale de l’aviation civile (Anac).

Défricheur de lignes aériennes en Tiger Moth et en Dragon en Afrique équatoriale française (AEF), à l’âge de 20 ans, Jean-Claude Brouillet fut le créateur de la compagnie nationale gabonaise, après l’indépendance.

Son incroyable aventure commence en 1945, après la Seconde guerre mondiale, quand il décide de rejoindre l’Afrique. Arrivé au Gabon, il achète un camion à crédit et se lance dans le transport terrestre. Mais, il connaît son but: fonder une compagnie d’aviation. Au bout de trois ans, il parvient finalement à acheter un avion, un antique biplan Tiger Moth datant de la Première guerre mondiale. "C’est dans ce vieux cerceau qu’il (décolla) dans la brume pour faire le trajet jusqu’au Gabon en compagnie d’un vieux mécano. Le soir même de leur arrivée au Gabon, l’avion (fut) détruit dans une tempête. Ruiné, il n’(eut) même pas le temps de déprimer. Ses amis forestiers (cotisèrent) pour lui payer un autre avion", rappelle l’Anac. De nouveaux avions apparaîtront sur le terrain au fil des années: un second «Tigre» assemblé à partir de deux épaves, puis des biplans Dragon de De Havilland.


 


© Droits réservés
Doucement, les Gabonais découvrent l’avion. D’abord pour le courrier. Puis pour le ravitaillement des forestiers. Enfin pour le transport de passagers. En 1950, Jean-Claude Brouillet fonde la compagnie aérienne Transports aériens du Gabon (TAG) qui effectue des vols intérieurs, ravitaillant et transportant les exploitants forestiers.

Jean-Claude Brouillet a partagé les dernières années de sa vie entre la Californie, le Paraguay où il possédait un ranch, ses fermes de Jojoba en Arizona, la Polynésie, le Gabon. Il était père de huit enfants. "Un homme qui entreprenait, qui alliait courage, énergie et audace. Qu’il repose en paix ; il a bien mérité", a lancé un de ses proches.

Il a lui-même raconté son aventure humaine dans «L´avion du Blanc», Éditions Robert Laffont, 1972 (réédition Le voyageur éditions, 2011) et dans «L´Île aux Perles Noires», Éditions Robert Laffont, 1985.

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

13e édition du Festival Gabao à Libreville
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDUGABON.COM

DOSSIERS

Dossiers

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués