SANTé  |     CONSEILS PRATIQUES  |    

Des nominations avant même la livraison de Jeanne Ebori

Par Journaldugabon.com, source Gabonreview - 18/05/2016

Peut-on être affecté dans une structure avant son ouverture ? Le gouvernement répond par l’affirmative. Pour d’autres, il ne peut en être ainsi. La polémique est née à l’issue du Conseil des ministres

 

Les identités des dirigeants du futur Centre hospitalier universitaire (CHU) Mère-Enfant Jeanne Ebori, spécialisé en obstétrique, gynécologie et pédiatrie, officiellement réalisé à 80% en attendant sa livraison définitive, programmée pour 2017, sont déjà connues. Ces responsables ont été nommés lors des conseils des ministres du 28 avril et du 13 mai derniers.

Jean Rémy Ossibadjouo est déjà le directeur général de ce centre hospitalier qui n’a même pas encore de bureaux. Il est secondé par deux médecins, Pélagie Obone Nze et Augustine Paulette Makaya. La direction des affaires médicales est pilotée par Christine Mengue épouse Ollingo Daouda et Angela Mboumba Iroki. Ces propositions du ministre de la Santé ont été entérinées par le Conseil des ministres alors que la date effective de livraison de l’ouvrage reste vague, seule l’année étant connue. "Paul Biyoghé Mba est à la manœuvre", soutient un militant du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir), ajoutant : "il ne pense qu’aux mesures individuelles pour se tisser un réseau de séides partout où il peut. Toujours les calculs politiciens."

 


© Droits réservés
En attendant leur prise de fonctions, comment sont traités ces personnes avant l’inauguration de la structure hospitalière dans laquelle elles ont déjà été nommées ? Interviendront-elles ailleurs en attendant ou patienteront-elles chez elles ? S’agissant de leurs émoluments, percevront-ils l’intégralité de leurs salaires ? Autant de questions qui méritent des réponses. Certains observateurs voient dans ces décisions un "nouvel exemple de la République des copains", puisqu’il est visiblement question de positionner certains pour leur garantir l’occupation des postes visés. Certains d’entre eux reçoivent déjà, de leurs parents, amis et connaissances, des dossiers de demande d’emploi. "Si le fonctionnement actuel du secteur hospitalier permet ce genre de situations, il démontre que le temps des privilèges est loin de prendre fin. Des changements deviennent nécessaires et urgents", estime un internaute.



0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

13e édition du Festival Gabao à Libreville
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDUGABON.COM

DOSSIERS

Dossiers

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués