ECONOMIE  |     BUSINESS  |    

Infrastructures de transports : le gouvernement maintient le cap

Par Gabon Economie - 12/10/2017

Malgré un contexte économique peu favorable, le gouvernement a poursuivi sa politique de développement des infrastructures de transport.

 

Malgré un contexte économique peu favorable, le gouvernement a poursuivi sa politique de développement des infrastructures de transport.

Cette politique d’investissement dans les infrastructures de transports, indique-t-on, vise principalement à réduire les goulets d’étranglement qui brident le développement de l’activité économique.

Dans ce cadre, la Société financière internationale (SFI) a octroyé en juillet2016, un financement de 52,5 millions d’euros à la Setrag (Société d’exploitation du Transgabonais), concessionnaire des chemins de fer du Gabon, pour accroître la capacité et améliorer l’efficacité du réseau ferroviaire.

Dans la même logique, Proparco, une filiale de l'Agence française de développement (AFD) dédiée au secteur privé, a apporté un prêt complémentaire de 32,5 millions d’euros ç ce projet.

L’autre objectif poursuivi étant d’améliorer l’efficacité du Transgabonais, l’axe ferroviaire majeur du pays qui relie Libreville à Franceville sur 650 km, et les mines de fer et de manganèse aux ports internationaux du pays.

 


© Droits reservés
S’agissant des infrastructures routières, un accord a été signé le 29 juin 2017 avec la société chinoise CRBC (China Road and Bridge Corporation), pour la construction, dans le cadre d’un partenariat public-privé, pour 499 km de routes à construire, 349 km à réhabiliter et 22 km de voiries urbaines.

Dans le cadre d’un partenariat public-privé avec Olam, un nouveau terminal minéralier, d’un coût de 500 millions de dollars, a été inauguré en août 2016. Il est composé d’un terminal minéralier de 25 hectares, d’une capacité de 10 millions de tonnes et un terminal polyvalent de 20 hectares pour les bois transformés.

La construction du nouveau port de commerce de la zone économique spéciale du Gabon (Gabon Special Economic Zone, GSEZ), qui sera inauguré ce 14 octobre 2017, procède également de cette vision de redynamisation des infrastructures de transport développée par le gouvernement.

D’une capacité de 3 millions de tonnes/an et d’un coût de 255 millions de dollars, il permettra de booster les capacités portuaires du pays et impacter sur le coût de la vie.

La rénovation du terminal de conteneurs du port d’Owendo, dont l’opérateur est le groupe Bolloré, a également été entamée, afin de rénover les installations et de remédier à la saturation du port.

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Agenda - événements

13e édition du Festival Gabao à Libreville
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDUGABON.COM

DOSSIERS

Dossiers

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués