SOCIéTé  |     FAITS DIVERS  |    

SGEPP : L’ONEP lance une grève de deux jours

Par Gabon Economie - 03/11/2017

Débutée vendredi 3 novembre 2017 à minuit, la grève couvre l’ensemble des installations de la SGEPP d’Owendo et Moanda.

 

Déposé le 26 octobre 2017 par l’Organisation des employés du pétrole (ONEP), auprès de la direction générale de la Société gabonaise d’entreposage de produits pétrolier (SGEPP), le préavis de grève a expiré jeudi 2 novembre 2017 à 23heurs 59mn.

Selon l’ONEP, en dépit des séances de travail initiées par l’inspecteur spécial du travail chargé du secteur pétrolier les 31 octobre et 2 novembre 2017, dans les locaux de la SGEPP, les discussions sur le cadre du cahier de charges inscrit dans ledit préavis n’ont toujours pas été engagées.

Le directeur général de la SGEPP a manifesté, le 31 octobre et réaffirmé le 2 novembre 2017, le refus d’aborder les points contenus dans le préavis de grève malgré le fait que ces points lui ont été soumis depuis plus d’un an.

« Au terme de la dernière rencontre du jeudi 2 novembre 2017, aucune nouvelle date de rencontre n’a été ni fixée par l’inspection spéciale du travail, ni convenue par les parties », informe l’ONEP.

De fait, s’appuyant sur les dispositions des articles 268, 341 et 345 du Code du travail de la République gabonaise, le bureau national de l’ONEP a décidé du lancement d’une grève de deux jours qui couvrira l’ensemble des installations de la SGEPP (Owendo et Moanda), dès vendredi 3 novembre 2017 à partir de minuit.

Par ailleurs, rappelant que le service minimum dans le secteur pétrolier, encadré par l’arrêté n°003/PR/MTEPS du 22 mars 2010 n’est applicable qu’aux activités, services, postes de travail dont l’arrêt est de nature à compromettre le bon déroulement des services essentiels qui ont un impact sur la santé, la vie et la sécurité des hommes, l’ONEP a dit rester disponible pour la négociation dudit service minimum, conformément à l’article 4 de l’arrêté.

De même, a précisé l’organisation syndicale, la loi interdit à l’employeur d’organiser le remplacement d’un salarié en grève. Aussi tiendra-t-elle l’employeur responsable des éventuels débordements liés à toute tentative qui serait menée, directement ou indirectement, par lui dans ce sens.

 

MOTS CLES :  Gabon 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

13e édition du Festival Gabao à Libreville
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDUGABON.COM

DOSSIERS

Dossiers

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués