NATIONALE  |     AFRIQUE  |     INTERNATIONAL  |    

2e grève de la faim de Ben Moubamba : Un sacrifice inutile !

Par Gaboneco - 06/11/2017

Entamée le 1er novembre dernier, la grève de la faim de l’ancien ministre de l’Habitat, Bruno Ben Moubamba est moquée comme une initiative désespérée d’un metteur en scène laissé-pour-compte.

 

Et pour cause, l’ancien candidat à la dernière présidentielle exige d’Ali Bongo Ondimba qu’il dissolve son Parti démocratique gabonais au pouvoir depuis près de 50 ans. Un parti qui selon Bruno Ben Moubamba, serait la cause de la stagnation actuelle du Gabon.

Décidément, Bruno Ben Moubamba n’en a pas fini avec ses coups d’éclats depuis son renvoi en août dernier du gouvernement Issoze-Ngondet au sein duquel, il occupait le poste de ministre d’Etat en charge de l’Habitat. Après la course en costume dans les forêts du sud du pays où il disait courir pour "le Gabon d’après", le voici désormais en grève de la faim pour ’’le renouveau du Gabon’’. Débutée le 1er novembre, cette grève observée à domicile vise à exiger du Parti démocratique gabonais au pouvoir qu’il demande pardon publiquement aux Gabonais pour tout le mal fait au pays depuis 50 ans. Mieux, il demande à Ali Bongo de dissoudre le PDG, qui reste selon lui, l’agent responsable de la misère des populations. Et cette dissolution d’un PDG qu’il qualifie de parti-Etat reste la condition sine qua non pour le décollage du pays, le Gabon d’après.

Si les motifs de ce jeûne ne sont pas susceptibles d’émouvoir outre-mesure le pouvoir qui doit le railler aux éclats, Bruno Ben Moubamba devrait certainement être reconnu comme le détenteur du record national des grèves de la faim en République gabonaise, puisqu’il en avait déjà observé une première en 2009 pour exiger le report du processus électoral. Partisan de la lutte pacifique, le président de l’ACR, l’Alliance pour le changement et le renouveau, estime que la grève de la faim reste le meilleur combat pour contraindre les décideurs à prendre conscience de leur échec, afin de construire un Gabon nouveau.

 


© Droits reservés
Un homme incompris
C’est le malheur de l’homme dont le combat ne semble toujours pas capter l’adhésion massive des populations qui le prennent parfois pour un metteur en scène, habitué aux coups d’éclats. Au-delà de ses bonnes intentions pour son ‘’Gabon d’après’’, Bruno Ben Moubamba reste un homme seul, délaissé. Le problème est certainement à rechercher dans son instabilité politique chronique. En papillonnant souvent entre l’opposition radicale et l’opposition modérée, l’ancien membre du gouvernement a laissé derrière lui l’image d’un leader en perpétuelle errance. Et son entrée au gouvernement d’Ali Bongo au plus fort de la crise post-électorale n’aura pas non plus arrangé les choses. Voilà qui réduit à néant sa grève de la faim. Grève considérée comme une autre tentative de communication désespérée d’un politique dont personne ne veut relayer le combat. Que ce soit du côté de la majorité ou de l’opposition, personne visiblement ne semble partager le combat de Bruno Ben Moubamba pour le bien du Gabon. Au risque de mourir de faim dans l’abandon général, Moubamba devrait se ressaisir car, c’est un combat inutile.
MOTS CLES :  Gabon 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

13e édition du Festival Gabao à Libreville
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDUGABON.COM

DOSSIERS

Dossiers

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués