SOCIéTé  |     FAITS DIVERS  |    

Lutte contre le chômage : Plus de 500 jeunes enrôlés par AGASS

Par Gabon Nouvelle Vision - 13/11/2017

Non scolarisés et issus pour la plupart de quartiers défavorisés, ces jeunes aident l’Education nationale à venir à bout du phénomène d’insécurité dans les établissements scolaires.

 

Depuis plusieurs années, l’école gabonaise fait face à une montée vertigineuse des actes de violence en tous genres. C’est pour venir à bout de ce phénomène que le nouveau ministre de l’Education nationale, Nadine Patricia Aguile, ép. Obame a décidé de s’attacher les services d’une agence qui se chargera de veiller à la sécurité des élèves, enseignants et corps administratifs des lycées et collèges de Libreville.

Dans cette optique, près de 500 jeunes ont été recrutés par l’Agence gabonaise de sécurité scolaire (AGASS) depuis le début de cette année scolaire. Non scolarisés et issus pour la plupart de la rue ou des quartiers défavorisés, l’agence leur a donné l’opportunité de sortir de la précarité en leur offrant une formation et un emploi.

Selon le président de l’AGASS, Jérôme Banave, l’agence concourt dans le même temps à diminuer le phénomène de braquage dans les quartiers de Libreville. « Nous avons recruté près de 500 jeunes et cela a permis de diminuer le braquage. Ces jeunes vont braquer parce qu’ils n’ont pas d’emplois, il n’est plus question de marginaliser les jeunes de la rue », rassure-t-il.

 


© Droits reservés
Les jeunes recrues de l’agence bénéficie d’une formation gratuite axée sur des techniques de défense, de fouille et la psychologie. Des formations qui « leur ont permis de comprendre la nécessité d’être utile à la société ». « Ils ont la consigne de ne toucher à aucun cheveu d’un enfant, nous avons formé des personnes calmes et à ce jour on n’a pas enregistré de débordements », se félicite Jérôme Banave.

Le ministère de l’Education nationale s’est pour sa part engagé, au cours de l’année scolaire 2017-2018, à apporter une manne financière à titre de rémunération au bénéfice de ces agents de sécurité. Ce qui permet de lutter contre le chômage en permettant à ces jeunes de subvenir à leurs besoins et à ceux de leurs familles.

Toutefois, malgré ce début qui semble prometteur, le président de l’ONG dit faire face à de nombreux manquements. Aussi, invite-t-il le premier magistrat à porter main forte à cette initiative qui met en avant la jeunesse. Mais aussi les cadres du pays « à mettre à profits des moyens pour la rémunération de ces jeunes recrutés pour la sécurisation des écoles ».
MOTS CLES :  Gabon 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

13e édition du Festival Gabao à Libreville
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDUGABON.COM

DOSSIERS

Dossiers

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués