NATIONALE  |     AFRIQUE  |     INTERNATIONAL  |    

En portrait, Emmerson Mnangagwa, le successeur de Mugabe

Par Jean-Christian NSELEL - 22/11/2017

Emmerson Mnangagwa alias le « Crocodile » avait quitté le pays pour des raisons de sécurité peu après son éviction du gouvernement, le 6 novembre.

 

Emmerson Mnangagwa est le pur produit d’une génération qui s’est forgée dans la lutte anticoloniale, avant de poursuivre ses travaux pratiques de brutalité dans les coulisses du pouvoir zimbabwéen. Pour le « Crocodile », ce fut presque toujours au premier rang. On ne lui connaît aucune faiblesse, aucune tendresse.

Il a été l’un des premiers adolescents de la colonie nommée « Rhodésie » à rejoindre la chimurenga, la « lutte de libération ». Entraînement en Tanzanie, en Egypte, puis à Nankin, en Chine, où il a été formé au renseignement, la passion de sa vie.


Rejoignant le bush, il est membre d’une unité du « gang des crocodiles », ainsi nommé en raison du tatouage qui orne le bras de l’un de ses héros, Sipho Ncube. En 1964, ils font sauter une locomotive dans la gare de Masvingo, se font prendre. Il est torturé, suspendu la tête en bas, battu interminablement. Il n’a que 18 ans, perd l’usage de l’oreille gauche, échappe à sa condamnation à mort, finit en prison. Là, il rencontre Robert Mugabe, ce petit homme de fer qui passe son temps à accumuler des diplômes par correspondance et à organiser la résistance contre les forces coloniales.


 


© Droits reservés
Une fois dehors, ils filent reprendre la lutte armée, côté état-major cette fois, au Mozambique. « ED » sera le secrétaire particulier de Robert Mugabe, avant de partir faire son droit en Zambie. A la libération, il devient le patron des services de renseignement, puis l’homme de confiance de Mugabe quand le régime a besoin de frapper. Dans les années 1980, lorsque la division Gukurahundi, entraînée par les Nord-Coréens, se déchaîne sur le Matabeleland (région de l’ouest et du sud-ouest du Zimbabwe) pour y écraser un parti rival, la ZAPU de Joshua Nkomo, Emmerson Mnangagwa est à la manœuvre. Sur le terrain, où on comptera plus de 20 000 morts, les officiers qui opèrent seront, justement, les chefs de l’opération des jours derniers à Harare, à commencer par le général Chiwenga.


On retrouve les mêmes noms, toujours, dans les épisodes suivants. 1998 : guerre en République démocratique du Congo (RDC). Le contingent zimbabwéen vide les caisses de l’Etat, mais ses chefs et commanditaires mettent la main sur les diamants du Kasaï. Ils deviennent riches, se rient du rapport des Nations unies qui met le pillage en lumière.

Dix ans plus tard, l’opposition a gagné le premier tour de l’élection présidentielle, au Zimbabwe ? Emmerson Mnangagwa est encore là. Il sauve la mise en orchestrant les violences inouïes contre l’opposition entre les deux tours : plusieurs centaines de morts. Le jour du second tour il n’y a plus qu’un seul candidat : Robert Mugabe. A ce jeu, on ne perd pas, c’est simple comme un coup de barre de fer. Et désormais, le candidat, c’est lui.
MOTS CLES :  Gabon 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Agenda - événements

13e édition du Festival Gabao à Libreville
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDUGABON.COM

DOSSIERS

Dossiers

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués