ECONOMIE  |     BUSINESS  |    

Barrage de Fé2 : Le gouvernement veut relancer les travaux

Par Gabon Nouvelle Vision - 28/12/2017

Le ministre de l’Eau et l’énergie a effectué une visite du chantier et compte engager les procédures pour relancer les travaux.

 

Confié en 2010 à la Compagnie de développement des énergies renouvelables (CODER), le chantier de la centrale hydroélectrique Fé2, sur la rivière de l’Okano à Mitzic (nord du Gabon) n’a pas pu aller à son terme. Le contrat entre le gouvernement et la société a été résilié trois ans plus tard pour non-respect des engagements par l’entreprise. En 2016, il a été repris par l’entreprise chinoise Gezhouba group company limited (CGGC). Après quelques mois, le projet a marqué un nouvel arrêt. Il a été évoqué un problème de financements. Le Gabon peinait à tenir ses engagements financiers.

Plusieurs mois après, le ministre de l’Eau et l’énergie Patrick Eyogho Edzang, le troisième à suivre ce dossier après Désiré Guedon et Guy Bertrand Mapangou, s’est rendu sur le chantier abandonné pour s’enquérir de la situation.

« Il était de mon devoir en tant que ministre de l’Eau et de l’énergie de me rendre sur place pour me rendre compte de la situation de ces grands travaux qui ont été jadis inaugurés et qui sont aujourd’hui à l’abandon », a-t-il déclaré à la fin de cette visite.

Dans le même temps, il a suscité en mettant en avant la nécessité de tout faire pour mener à terme la construction de la centrale hydroélectrique : « J’estime qu’en tant que ministre de l’Eau et l’énergie, ce projet qui est structurant pour une voire deux provinces, doit être absolument remis sur les rails ».

 


© Droits reservés
Sur le site, un système de câblage est déjà déjà réalisé qui aurait pu régler les problèmes d’électricité que connaît la province du Woleu-Ntem. « Le barrage et les lignes ne se font pas forcément avec la même rapidité. La ligne a été finie avant le début des travaux du barrage. Aujourd’hui on est quasiment avec un éléphant blanc et c’est ce qui fait mal au cœur parce qu’on peut estimer à plus d’une trentaine de milliards le coût de cette ligne », a déploré le ministre.

La ligne construite devrait servir à évacuer l’énergie qui est produite sur le site de Fé2 et va normalement de Mitzic jusqu’à Oyem. Et ensuite, il est prévu des lignes qui vont se dispatcher sur Minvoul et Bitam. En fait, l’énergie électrique produite à Fé2 devrait alimenter toute la province du Woleu-Ntem. A condition bien sûr que les travaux du barrage soient relancés et s’achèvent, comme le souhaite Patrick Eyogho Dang, pour éviter que ce projet ne demeure qu'une maquette.

Le 31 août 2017, au cours d’une séance de travail avec CGGC, il avait évoqué la question du chantier Fé2. Le directeur général adjoint de la CGGC avait dit être en attente de financements pour une éventuelle reprise. « Tous les dossiers de demande de financement ont déjà été transmis à la banque pour la partie chinoise. Maintenant, on attend l’approbation. Après, on verra le commencement du projet », avait-il indiqué.

Soulignant au passage que le gouvernement gabonais est attendu pour confirmer sa volonté de réaliser ce projet et de planifier « raisonnablement » le remboursement du prêt auprès de la banque chinoise Eximbank. Celle-ci est chargée du financement du projet Fé2 ainsi que celui de l’Impératrice à Fougamou pour un montant total estimé à près de 200 milliards FCFA.
MOTS CLES :  Gabon 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

13e édition du Festival Gabao à Libreville
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDUGABON.COM

DOSSIERS

Dossiers

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués