SOCIéTé  |     FAITS DIVERS  |    

Agression de deux danois : Arouna Adamou écroué

Par Gabon Nouvelle Vision - 02/01/2018

Il a été présenté au procureur de la République le 27 décembre 2017. Son dossier a été transmis au juge d’instruction qui l’a écroué à la prison centrale de Libreville.

 

Poursuivi pour tentative d’assassinat conformément aux articles 6 et 233 du Code pénal gabonais, Arouna Adamou, ressortissant nigérien qui a attaqué au couteau deux journalistes danois au village artisanal de Libreville le 16 décembre 2017 en criant « Allah Akbar », a été incarcéré mercredi 27 décembre 2017 à la prison centrale de Libreville. Il y attendra son procès qui pourrait intervenir dans un ou deux ans.

« Devant Allah, j’ai agi seul sans aucune aide », a déclaré l’inculpé. Il est convaincu d’avoir agi conformément aux principes d’Allah. Affirmant être calme de nature, il assure que ce qui a provoqué son ire c’est la décision récemment prise par Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme la capitale d’Israël. « Je ne pouvais pas resté insensible face à cette situation déshonorante pour ma religion », soutient-il. En quittant le bureau du juge d'instruction, Arouna Adamou a répété qu'il ne regrettait pas son acte et qu'il voulait tuer un américain en représailles à la décision de Donald Trump.

Il avoue avoir filé, depuis un autre village artisanal situé non loin de Gabon Meca au centre-ville, le couple qui s’exprimait en anglais. Pour lui il s’agissait de deux américains. Il a déclaré que les Occidentaux étaient complices de Donald Trump. Son seul regret, dit-il, c’est d’avoir entaché l’image du Gabon sa terre d’hospitalité à qui il a présenté des excuses. Il a été conduit à sa cellule à « Sans famille » et risque la perpétuité.

Jusqu’à présent, aucun lien formel n'a été établi avec un quelconque complice. Sur les 38 personnes arrêtées, 9 ont été déférées le 27 décembre 2017 devant le procureur en même temps qu’Arouna Adamou. Sept d’entre elles sont poursuivies pour non-assistance à personne en danger, mais bénéficient d’une liberté provisoire.

 

MOTS CLES :  Gabon 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

13e édition du Festival Gabao à Libreville
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDUGABON.COM

DOSSIERS

Dossiers

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués