SOCIéTé  |     FAITS DIVERS  |    

Insalubrité à Libreville : L’urgence d’une nouvelle décharge Featured

Par Gabon Nouvelle Vision - 04/01/2018

Les ordures et autres déchets continuent d’imposer leur hégémonie dans la capitale gabonaise.

 

Ce qui menace l’environnement et la santé des populations. D’où la nécessité de rendre effective une nouvelle décharge qui permettrait de mieux gérer les ordures.

La décharge publique de Mindoubé est saturée depuis 10 ans. Cette année, malgré les efforts consentis pour trouver une place aux ordures en son sein, les tas d’immondices sont toujours bien présents dans les artères. Dans la plupart des quartiers, les bacs à ordures sont si pleins que les déchets rétrécissent les rues. Naturellement, les habitants malgré la saturation continuent de déposer toute sorte d’ordures aux abords des voies, sur les trottoirs ainsi que dans les caniveaux. Ceux dont les bacs sont à proximité des habitations, n’ont pas d’autre choix que de cohabiter avec ces ordures.

Averda, entreprise chargée du ramassage, est pourtant sur le terrain, mais son action est limitée par cette saturation. Clean africa, chargée de la gestion de la décharge, a dit avoir profilé la route mais selon le constat fait par le ministre de l’Intérieur à la veille de la fête du nouvel an, la route de la décharge demeure étroite et ne favorise aucun croisement.

 


© Droits reservés
La plate-forme de dépotage n'est pas dégagée afin de permettre aux camions de faire des manœuvres et fluidifier le trafic. A cela s’ajoute la faiblesse d'éclairage sur le site pour permettre plus de trafic la nuit, ainsi que celle de la logistique déployée sur le terrain pour les besoins de la décharge. « Visiblement, l'opérateur Clean Africa en charge de la gestion de la décharge, lésine sur les moyens pour permettre aux camions d'Averda d'accéder facilement et en toute sécurité à la décharge », a estimé le ministère de l’Intérieur.

La situation menace l’environnement et la santé publique. Au moment où le Gabon, par son président Ali Bongo Ondimba fait de la protection de l’environnement son cheval de bataille, il ne peut se satisfaire de ce spectacle récurrent depuis une dizaine d’années déjà. L’urgence d'une nouvelle décharge et d'une gestion écologique des ordures ménagères s'impose donc pour relever le défi de la préservation de l’environnement à tous les niveaux. L’on s’accorde à reconnaître que la construction d’un centre d’enfouissement technique et de revalorisation de déchets reste la solution.

A Libreville, 600 tonnes de déchets sont produites par jour. Une raison qui devrait inciter les acteurs du secteur à s’activer pour l’établissement d’une nouvelle décharge.

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

13e édition du Festival Gabao à Libreville
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDUGABON.COM

DOSSIERS

Dossiers

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués