SOCIéTé  |     FAITS DIVERS  |    

Police nationale : La problématique du tableau d’avancement

Par Gabon Review - 10/01/2018

Qui donc doit porter le bonnet d’âne, Lambert-Noël Matha ou Jean Clotaire Thierry Oyé Zué ?

 

Devant clôturer l’année en faisant la promotion en grades des agents qui le méritent, le tableau d’avancement au sein des Forces de police nationales n’a toujours pas été affiché, traduisant ainsi un sérieux problème de management des hommes. Qui donc doit porter le bonnet d’âne, Lambert-Noël Matha ou Jean Clotaire Thierry Oyé Zué ?

Alors qu’à la Gendarmerie nationale et aux Forces armées gabonaises (FAG), tout le monde est fixé sur les promotions de l’année, aux Forces de police nationales (FPN), le tableau d’avancement n’est toujours pas connu. Si de tradition, il est souvent publié en fin d’année, au plus tard en décembre, à la Police nationale, une autre tradition s’installe : chaque année l’affichage du tableau d’avancement en galon des agents est un problème.

Exaspérés, des agents de police se demandent, à travers un message viral sur les réseaux sociaux, si le «Commandant en chef de corps, le Général Oyé Zué Clotaire est si médiocre ?». Le même tract numérique indique que le ministre de l’Intérieur, Lambert-Noël Matha, aurait bloqué la publication dudit tableau d’avancement du fait qu’il comporte des erreurs. «Les promus de l’an dernier ont mystérieusement réapparu au tableau d’avancement de cette année à la Police nationale gabonaise», est-t-il révélé.

Ragots ou vérité, tout ce ceci donne l’impression d’une défectuosité ou de graves manquements dans le fonctionnement de l’administration policière. Sinon, comment comprendre que ce corps d’armes, censé tenir des fiches sur les autres citoyens, ne parvient pas à gérer ses propres fiches concernant les mutations et autres affectations de personnels attendues depuis août 2017 ? Comment comprendre que l’administration de la Police nationale enregistre des problèmes de carburant et de fournitures de bureau ? Comment comprendre que les agents affectés à la surveillance des édifices publics n’ont plus de ration et sont contraints à la débrouille pour manger sur les lieux où ils sont affectés, se livrant ainsi aux contrôles routiers clandestins et donc à la désertion de poste.

La non publication du tableau d’avancement à la Police nationale dévoile en tout cas de nombreux problèmes de gestion des personnels. On note par exemple que Carl Mombo, directeur de cabinet du Commandant en chef de la Police nationale, décédé le 13 décembre dernier, n’a toujours pas été remplacé ; que l’actuel patron de la Direction générale de la documentation et de l’immigration (DGDI), plus connue sous son ancienne appellation de Cedoc, n’a jamais été remplacé à l’antenne de la DGDI de l’ambassade du Gabon au Congo Brazzaville où il était en poste avant d’être nommé ; que la DGDi ne compte aucun dirigeant officiel à Port-Gentil ou à Tchibanga où il n’y a que des intérimaires non confirmés depuis bien longtemps.

 


© Droits reservés
«Des gens partent à la retraite ou décèdent et ne sont jamais remplacés. À titre d’exemple, Edgard Ambenghat qui était DGA de la documentation, est décédé depuis et n’a jamais été remplacé. Idem pour Jean-Roger Nzamba Nzamba, commissaire central de Lambaréné ou encore le Commandant Okogho à Franceville. Parfois, quelqu’un est nommé ailleurs, mais son remplacement ne se fait pas. C’est, par exemple, le cas de l’ancien directeur des plans et emplois à la DGOP, le Commandant Andouka. Il a été affecté à la Haute autorité de sûreté et de facilitation des aéroports du Gabon et n’a jamais été remplacé. La ville de Koulamoutou, par exemple, n’a pas de commissaire depuis que le Lieutenant-colonel Toussaint Manganga Mbina est monté à Libreville pour raison de santé et ne peut plus retourner dans l’Ogooué-Lolo. La hiérarchie traîne le pas, on ne sait pourquoi», confiait à Gabonreview un officier subalterne en mai dernier.

Tout ceci amène à s’interroger sur la capacité de la hiérarchie policière à gérer véritablement ce corps et sur sa réelle supervision par le ministre de l’Intérieur. Menée en mai 2017, une enquête de Gabonreview sur les FPN (lire : «Police gabonaise dans le capharnaüm») met en lumière de nombreux problèmes : nourriture, argent, logistique et management des hommes ainsi qu’en témoigne la laborieuse élaboration et publication du tableau d’avancement clôturant l’année 2017.
MOTS CLES :  Gabon 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

13e édition du Festival Gabao à Libreville
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDUGABON.COM

DOSSIERS

Dossiers

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués