SOCIéTé  |     FAITS DIVERS  |    

Recherche : Le Cirmf sort de l’illégalité !

Par Gabon Review - 12/01/2018

Après 44 ans d’existence, l’ex-Centre international de recherches médicales de Franceville (Cirmf) a changé de dénomination et gagné enfin un statut juridique.

 

Il était temps ! Après 44 ans d’existence, le Cirmf a enfin un statut juridique. Le Conseil des ministres a dit avoir «combler le vide» dans lequel évoluait ce centre de recherches scientifiques. Depuis le 10 janvier, l’établissement a une nouvelle dénomination : le Centre interdisciplinaire de recherches médicales de Franceville. Celui-ci, bénéficiant désormais d’une organisation officiellement reconnue, reste placé sous la tutelle technique du ministère de la Recherche scientifique et du ministère de la Santé.

Si cette reconnaissance juridique tardive surprend, c’est parce que le Cirmf était déjà mondialement connu et reconnu pour ses différentes recherches. A sa création par Omar Bongo et Pierre Guillaumat (président d’Elf Aquitaine), en 1974, ce centre avait le statut d’«association à but non lucratif reconnue d’utilité publique», ce qui n’explique pas forcément les importantes subventions qu’elle a reçues de l’Etat et d’autres partenaires internationaux. Il n’empêche, à l’époque déjà, le Cirmf était perçu comme une structure de référence pour le soutien au système de santé publique, la recherche et la formation.

A ses débuts, le Cirmf étudiait les problèmes d’hypo fécondité au Gabon, avant de s’orienter, dans les années 1980, vers le VIH Sida et le paludisme. Plus tard, les chercheurs de cette association se sont penchés sur d’autres maladies apparues dans les années 1990, dont l’Ebola, la Chikungunya et la pandémie H1N1. «Aujourd’hui, le Cirmf focalise l’ensemble de ses activités sur les maladies infectieuses en mettant l’accent sur le rôle de veille microbiologique et d’aide à la santé publique au Gabon et également dans l’ensemble de la sous-région d’Afrique centrale, la recherche et la formation», lit-on sur le site du centre.

Depuis sa création, le financement du Cirmf est assuré conjointement par l’Etat gabonais, (subvention directe inscrite dans la Loi des finances) et la société pétrolière Total Gabon à travers la PID (Provision pour investissements diversifiés). Le ministère français des Affaires étrangères et du Développement International participe également au fonctionnement du Centre essentiellement par la mise à disposition de personnel scientifique.

 

MOTS CLES :  Gabon 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

13e édition du Festival Gabao à Libreville
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDUGABON.COM

DOSSIERS

Dossiers

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués