SUCCESS STORIES   |     DIASPORA   |     JEUNES TALENTS  |    

Annie Flore Batchiellilys: L’artiste aux multiples casquettes

Par Diane Nanyan - 20/09/2011

Ambassadrice de l’Unicef, auteur, compositrice, guitariste et percussionniste, Annie Flore est une figure emblématique de la scène live world music

 

De nationalité gabonaise, Annie Flore Batchiellilys est née le 10 Avril en 1967 à Tchibanga au sud du Gabon. Elle grandit à Mighoma le village de sa grand-mère qui lui transmet, alors qu’elle n’avait que 3 ans, le goût du chant (elle partagera la scène avec elle lors d’un de ses concerts à Libreville). A l’adolescence, elle part à Port-Gentil pour poursuivre ses études au lycée d’Etat. Plus tard, elle rejoint la capitale Libreville où, lors d’une émission télévisée animée par Denise Boukandou, elle se révèle au grand public gabonais par la qualité de son timbre vocal et ses chants en punu, sa langue maternelle. De 1988 à 1990, elle intègre le carrefour des arts de Pierre Claver Akendengué, pour une formation musicale. Arrivée en 1990 en France, la chanteuse gabonaise va connaître un parcours pour le moins original. A l’école des sirènes de Lyon, elle explore les registres tsiganes et orientaux puis se frotte au jazz avant de s’inscrire plus tard au studio Alice Dona à Gentilly dans la banlieue parisienne pour des cours de chant et de solfège. Annie Flore Batchiellilys enchaîne les chœurs et les duos marquants comme celui avec le chanteur guitariste canadien Mario Chenard (dans le titre « Tsé quand t’es pas là »). Bien que son inspiration soit innée, aujourd’hui elle dit la vivre au jour le jour : je suis spirituelle, ça veut dire que nous avons un corps, il vit parce que nous avons l'esprit et l'âme. Le jour où nous mourrons, nous nous disons être partis pour toujours. Nous sommes dans un monde dont nous ne prenons en compte que le corps et oublions l'esprit. Moi, c'est le contraire. Mes chansons me parviennent comme des dictées, car c'est au cours de mon sommeil qu'on me demande de me lever de prendre un stylo et de rédiger. Voilà comment se font mes textes. Je reste juste disponible à transmettre les messages affirme t-elle.

 


© google images
Annie Flore Batchiellilys : L’artiste aux multiples casquettes
Il faut attendre 1997 pour voir la «naissance » de son premier opus Afrique mon toit, coproduit et coréalisé avec le saxophoniste Didier Peilhon. Son répertoire va du jazz à la musique traditionnelle de son pays en passant par le blues. Cinq ans après la sortie de son premier album, plus précisément en 2002, elle enregistre Diboty qui signifie en français merci. Un album dans lequel elle s’affirme comme une des plus belles voix de la nouvelle génération africaine. En ouverture de cette œuvre qui mérite le détour, elle remercie le maître Pierre Akendengue, Oliver Ngoma et tous ses amis dans le titre Le rêve du swing. Diboty, c’est aussi une invitation à l’unité et à la paix et une dénonciation de l’argent sale et de la corruption qui gangrènent les autorités politiques. La même année elle est couronnée meilleure espoir féminin aux Koras Awards 2002 en Afrique du Sud. Après les parutions en 2003 de Je t’invite puis en 2006 d’un single 3 titres, Broute bien, des concerts en Afrique, aux Etats Unis et en France (Petit Journal Montparnasse puis New Morning en 2007), Annie Flore est en janvier 2008 à l’Olympia pour la sortie de son album Le chant c’est mon champ. Dans cette « galette » musicale, elle adapte remarquablement les techniques vocales « punu » (styles ikoku, malumu et surtout mangoumbeu), forme de « pleurs » sublimées et chantées. En mars 2011, Annie Fore sort un sixième album intitulé « de mighoma pour vous » un opus dans l’espoir d’un lendemain meilleur aussi bien au Gabon que dans tous les pays africains reste son seul rêve musical. Coproduit par AFBMUSIC Gabon et le chanteur camerounais Sam Fan Thomas, il compte quinze titres enregistrés pour la plupart en live dans les studios Davout, Cage, Makassi à Douala, Afbmusic au Gabon et au studio Claudel production. Dès sa première écoute, l’auditeur décèle très rapidement le nouveau cheval de bataille d’Annie Flore Batchiellilys : La paix et l’espoir d’une vie meilleure. Un album très spirituel dont les textes sont à 80% en français pour permettre à plus de personnes de mieux recevoir les différents messages contenus dans l’album souligne l’artiste. Construire une grande école de musique où les meilleurs artistes de l'Afrique viendront passer des mois ensembles pour parler de l'avenir de la musique africaine, tel est le rêve d’Annie.

 

MOTS CLES :  Libreville   Multiple   Artiste   Gabon 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

13e édition du Festival Gabao à Libreville
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDUGABON.COM

DOSSIERS

Dossiers

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués