Le Gabon

 


© google images
Carte du pays
En forme longue, la République gabonaise est un pays situé à l'ouest de l'Afrique équatoriale, traversé par l'équateur, faiblement peuplé. Voisin du Congo-Brazzaville, de la Guinée équatoriale et du Cameroun, c’est un pays forestier où la faune et la flore sont encore bien conservées. Ancienne colonie française, le Gabon est indépendant depuis le 17 août 1960. Léon Mba en devient le premier président. Celui-ci sera soutenu par la France qui assurera même militairement son maintien au pouvoir (intervention de l'armée française en 1964 à son profit), ceci jusqu'à son décès en 1967, où il est remplacé par son directeur de cabinet Albert Bernard Bongo. Aussitôt aux commandes, Bongo instaure le monopartisme avec la création du Parti démocratique gabonais, muselant ainsi toutes velléités d'opposition à son encontre. L'exploitation des richesses naturelles du pays (bois, minerais et surtout pétrole), assure une relative prospérité au Gabon, et font avant tout du président Bongo, un chef d'état très courtisé, notamment par la France qui en fait un de ses alliés africains les plus sûrs. À la fin des années 1980, la chute du cours du pétrole plonge le Gabon dans une grave crise économique qui perdure encore aujourd'hui, incitant la population à multiplier les revendications sociales et politiques. Malgré cette démocratisation, la situation économique du pays n'évolue guère, tandis qu’Omar Bongo et son parti présidentiel se maintiennent au pouvoir. Entre 1968 et 1990, le pouvoir de Bongo s'appuie sur un parti unique, le parti démocratique gabonais (PDG). Suite à l'agitation politique qui frappe une bonne partie du continent africain après la chute du Mur de Berlin, Bongo autorise le multipartisme au Gabon en 1990. Omar Bongo meurt le 8 juin 2009, à l'âge de 73 ans, sans successeur désigné. Le 3 septembre 2009, Ali Bongo Ondimba, ministre de la Défense, succède à Omar Bongo Ondimba.

Le peuplement du Gabon s'est fait par vagues successives d'immigration, jusqu'au XIXe siècle, de Pygmées puis plus massivement de Bantous, de nos jours majoritaires. C'est lors de ce processus qu'accostèrent au XVe siècle les premiers Européens, des Portugais. Le nom du Gabon lui vient d'ailleurs de ces premiers colons : Gabão en portugais signifie "caban", en rapport avec la forme de l'Estuaire qui borde les côtes de Libreville. La France occupa le Gabon progressivement à partir du milieu du XIXe siècle. Le Gabon étant situé sur l'équateur, son climat est de type équatorial, c'est-à-dire chaud et humide, avec une alternance de saisons sèches et de saisons des pluies au cours de l'année. On distingue trois régions : Les plaines côtières (larges de 20 à 300 km), les massifs montagneux (monts de Cristal au nord-est de Libreville, le massif du Chaillu au centre, culminant à 1 575 mètres au mont Iboundji), et les plateaux. Le fleuve le plus important est l'Ogooué, long de 1 200 km. 85% du territoire est recouvert par la forêt. Le Gabon est divisé en 9 provinces, dirigées chacune par un gouverneur, elles-mêmes subdivisées en départements dépendant d'un préfet et, parfois, en districts, dépendant d'un sous-préfet. Certains Gabonais présentent, en plaisantant, la Guinée équatoriale, comme le "G10", la dixième province du Gabon.

En économie, le Gabon est un pays au sous-sol très riche. Il exporte du manganèse, du pétrole, du gaz, du fer, du bois et bien d'autres produits de son sol et son sous-sol depuis longtemps. Les revenus pétroliers, devenus importants à partir des années 1970, n'ont que très partiellement servi à moderniser le pays et à diversifier l'économie gabonaise. En fait, la population ne profite que peu des richesses du Gabon, si bien que le niveau de vie de beaucoup de Gabonais demeure moyen en dépit d'un PNB par habitant relativement élevé. Les hydrocarbures représentent la moitié du PNB. Au Gabon aussi, on compte près d'une cinquantaine d'ethnies. Parmi lesquelles l'on dénombre majoritairement les Fangs, les punu, les Nzébis, les Obambas, les kota, les guisir, les vungu, les téké, les miénè, etc. D'autres ethnies ne comptent guère que quelques centaines d'individus. Culturellement, certaines sont amenées à se fondre progressivement dans la masse et à perdre leur langue et leurs particularités.

 

 

 

 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

A savoir

  • Le Président : Ali Ben Bongo Ondimba
  • La capitale : Libreville
  • Date de l’indépendance : 17 août 1960
  • Population : 1 221 175 habitants (en 2001). 0-14 ans : 33,29% ; 15-64 ans : 60,77% ; + 65 ans : 5,94%
  • Superficie : 267 667 km2
  • Densité : 4,5 hab./km²
  • Frontières terrestres : 2 551 km (République du Congo 1 903 km ; Guinée équatoriale 350 km ; Cameroun 298 km)
  • Espérance de vie des hommes : 60 ans (Pnud 2009)
  • Espérance de vie des femmes : 61 ans (Pnud 2009)
  • Taux de croissance de la population : 1,02% (en 2007)
  • Taux de natalité : 27,42% (en 2007)
  • Taux de mortalité : 17,22% (en 2007)
  • Taux de mortalité infantile : Total: 53,64 décès/1000 naissances normales (en 2005 est.)
  • Taux de fécondité : 3,7 enfants/femme (en 2007)
  • Taux de migration : 0% (en 2007)
  • Indicatif téléphonique : 241
  • Voies ferrées : 814 km (en 2006)(Le Transgabonais)
  • Voies navigables : 1 600 km
  • Nombre d'aéroports : 53 (dont 10 avec des pistes goudronnées) (en 2007)
  • Les 9 provinces : Estuaire, Haut-Ogooué, Moyen-Ogooué, Ngounié, Nyanga, Ogooué-Ivindo, Ogooué-Lolo, Ogooué-Maritime, Woleu-Ntem

Les autres articles de la rubrique

Agenda - événements

13e édition du Festival Gabao à Libreville
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDUGABON.COM

DOSSIERS

Dossiers

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués